Plan de départ volontaire : une occasion pour changer de métier ?

3 min

PARTAGER

Recevez toutes nos actus dans votre boîte mail !

 

Le plan de départ volontaire souffre d’une connotation négative car il est associé à une démarche de réduction de la masse salariale de l’entreprise.
Cependant, n’oublions pas que dans l’acronyme PDV, la dernière lettre désigne le mot « volontaire », et que ce volontariat peut en fait, être facteur de belles opportunités…Étudions comment le PDV peut être vu comme un verre à moitié plein, – voire même, dans certains cas – complètement plein !

Ressource : comment accompagner un plan de départ volontaire ?

 

Qu’est-ce que le PDV, comment est-il cadré ? 

 

Le plan de départ volontaire est un dispositif qui n’est pas réglementé par le Code du travail, mais dont l’objectif doit quand même être justifié par un motif économique. C’est un moyen, pour l’entreprise de réduire sa masse salariale, en évitant de recourir à des licenciements économiques, qui peuvent être lourds de conséquences : problèmes sociaux, procédures compliquées, difficultés pour reclasser les salariés, etc.


Le PDV offre plus de souplesse, mais doit cependant être mis en œuvre dans un cadre bien défini. L’entreprise doit ainsi, tout d’abord, consulter les représentants du personnel. Puis, elle doit définir très précisément les contours de son plan : les secteurs, les services et les postes qui seront concernés, le nombre de départs prévus, les indemnités et les différentes aides qui seront proposées aux volontaires.


Le salarié qui décide d’adhérer au plan de départ volontaire négocie son départ directement avec l’employeur, dans le cadre d’une rupture amiable. L’employeur ne sera pas tenu de le recevoir lors d’entretiens préalables, ni de lui faire des propositions de reclassement. Le salarié, pour sa part, touchera une indemnité (en général plus conséquente que l’indemnité légale de licenciement) ; ne sera pas tenu d’effectuer un préavis, et pourra prétendre aux indemnités versées par Pôle Emploi.

Témoignage : Elle pense à changer de métier à l’occasion d’un Plan de Départ Volontaire

 

PDV… De bonnes raisons de le refuser, mais aussi de l’accepter !

 

Le plan de départ volontaire fait l’objet d’un consensus entre l’employeur et le salarié qui se porte candidat. Ce dernier choisit donc en son âme et conscience de se porter volontaire pour quitter son emploi. Mais s’il n’est pas certain de sa capacité à trouver un nouveau poste en adéquation avec ses compétences, ou d’être suffisamment motivé pour entamer une reconversion, il risque de « lâcher la proie pour l’ombre », comme le dit le vieil adage ! En revanche, si ce salarié bénéficie d’une bonne « employabilité » (c’est-à-dire une capacité avérée à se former, à obtenir aisément un nouveau travail, à le conserver et à progresser tout au long de sa carrière…), alors, un PDV peut être une bonne carte à jouer. Cela peut lui permettre de rejoindre le marché du travail, en toute confiance, et riche d’un pécule permettant de « voir venir ». Cela peut même être le déclic permettant de se lancer dans un nouveau projet professionnel…


Dans ce type de scénario, les fonctions RH sont en mesure d’apporter une plus- value certaine aux salariés, en les assistant dans leurs démarches de « reclassement externe ». Des outils sont là pour les y aider. Par exemple, chez TestUnMétier nous proposons une expérience de « Vis ma vie » ; permettant, comme son nom l’indique, de tester un métier, épaulé par des experts. Ce type de dispositif, peu coûteux et aisé à déployer, permet dans le cadre d’un PDV de rassurer les collaborateurs et de les convaincre qu’il s’agit bien là d’une opportunité pour eux…

 

Nouveau call-to-action

D’autres articles intéressants

Gestion du capital humain avec des outils digitaux : le paradoxe de la fonction RH

Gestion du capital humain avec des outils digitaux : le paradoxe de la fonction RH

    On a dit des robots qu’ils déshumanisaient la relation client, et pourtant, les ...
Pourquoi TestUnMétier a digitalisé la mobilité interne ?

Pourquoi TestUnMétier a digitalisé la mobilité interne ?

    Des salariés plus enclins au changement Adhérer à ses missions, trouver une cohérence ...
Les étapes à suivre lors du choix de son centre de bilan de compétences

Les étapes à suivre lors du choix de son centre de bilan de compétences

En France, ce sont plus de 30 000 bilans de compétences qui sont délivrés par les centres ...