L’entretien de mobilité interne : dans la peau d’un RRH

27 juillet 2020
2 min

PARTAGER

entretien mobilité pro
Recevez toutes nos actus dans votre boîte mail !

L’entretien de mobilité interne à la sauce RRH

Un projet de mobilité interne vous trotte dans la tête ? Si :

  • Vous avez une bonne vision du poste convoité,
  • La dernière version de votre CV est satisfaisante
  • Vous avez listé vos atouts et préparé vos arguments,

Alors vous pouvez vous rendre sereinement à votre rendez-vous avec le RRH. 

Savez-vous, comment le RRH se prépare de son côté pour vous recevoir ? Connaître en partie la posture de votre interlocuteur vous aidera à être encore plus convainquant lors de l’entretien de mobilité interne. 

Pour préparer l’entretien de mobilité interne, le RRH s’est d’abord assuré auprès du manager qu’il est au courant de la démarche du collaborateur. Un bon moyen de savoir s’il s’agit d’une démarche volontaire ou initiée par son management. Bien entendu, il s’est procuré le CV du collaborateur si celui-ci ne lui a pas adressé auparavant. 

Le RRH a pour objectif premier d’évaluer les compétences ou « hard skills » du collaborateur pour le poste escompté. Mais aussi ses soft skills, sa personnalité et son savoir-être. Sa capacité à collaborer, à négocier ou encore à s’adapter à une nouvelle situation. En quelque sorte, son intelligence comportementale. Il pourra interroger, sans l’influencer, le candidat sur ce qui, a priori, l’intéresse le plus et ce qui l’intéresse le moins.

Lire aussi : http://developpersescompetences.com/soft-skills-hard-skills-kezako/

Le RRH a en tête qu’une mobilité interne c’est surtout un recrutement. Il faudra donc parler rémunération, motivation et aussi émulation car un changement de service ou de poste doit aussi être l’occasion d’inciter tout le monde à travailler davantage.

Lire aussi : https://www.editions-legislatives.fr/dossiers-speciaux/l-entretien-de-recrutement-et-de-mobilite

Le RRH restera toujours neutre vis-à-vis du candidat car il s’agit d’une mobilité interne à l’entreprise. Il pourra signifier son intérêt pour la candidature mais ne laissera rien paraître qui pourrait laisser croire à une réponse positive. Il aurait du mal à justifier un refus de mobilité interne, finalement. 

Enfin, il se gardera bien d’avancer des informations dont il n’est pas sûr. Et à la fin de l’entretien, il pourra demander de reformuler la demande pour éviter les malentendus. 

D’autres articles intéressants

Les 10 soft skills à mettre sur son CV

Les 10 soft skills à mettre sur son CV

  Avoir des softs skills, ça claque mais en plus c'est convoité par les employeurs. In french, ...
Les 5 nouveautés 2018 pour les salariés !

Les 5 nouveautés 2018 pour les salariés !

Les 5 nouveautés 2018 pour les salariés Les réformes n'arrêtent pas et vous êtes un peu perdus ...
Elle pense à changer de métier à l’occasion d’un Plan de Départ Volontaire

Elle pense à changer de métier à l’occasion d’un Plan de Départ Volontaire

Portrait d'Asma : Elle pense à changer de métier à l'occasion d'un Plan de Départ ...