L’employabilité, c’est quoi ? La définition 👇

21 octobre 2021
7 min

PARTAGER

employabilité
Recevez toutes nos actus dans votre boîte mail !

 

Quelle est la définition de l’employabilité ?

 

Ce mot, on n’a pas fini de l’entendre dans les années à venir. Nous entrons dans la 4e révolution industrielle, celle de l’intelligence artificielle et des robots.

Alors, non, ce n’est pas la fin de l’humanité. Vous pouvez vous épargner un scénario à la Terminator. Nous n’allons pas tous être remplacés par des machines.

Cependant…

Des métiers sont en train de disparaître. D’autres vont évoluer ; ils vont changer parce qu’une partie de l’activité va être automatisée. Et de nouveaux métiers vont apparaître.

Les évolutions sont inévitables. En fait, elles sont déjà en train de se produire. 

La réponse : c’est de permettre aux collaborateurs de développer leur employabilité. C’est la meilleure façon de préparer un avenir incertain. Il faut miser sur les compétences.

Vous êtes au bon endroit si vous vous demandez :

  • que signifie l’employabilité ?
  • comment la mettre en œuvre ?
  • comment augmenter l’employabilité des salariés ?

Entrons dans le vif du sujet.

 

Qu’est-ce que l’employabilité ?

 

Que signifie “employabilité” ?

L’employabilité désigne la qualité de ce qui est employable. C’est ce qui peut être employé.

 

Employabilité — définition RH

Pour un salarié, c’est cette capacité qui permet d’acquérir et de maintenir les compétences nécessaires pour trouver ou garder un emploi. 

On parle à la fois des hard skills (maîtrise d’un outil, d’un logiciel, d’un langage informatique) et des soft skills (autonomie, capacité à motiver, créativité…).

D’après le Ministère du Travail, l’employabilité est « la capacité d’évoluer de façon autonome à l’intérieur du marché du travail, de façon à réaliser, de manière durable, par l’emploi, le potentiel qu’on a en soi… L’employabilité dépend des connaissances, des qualifications et des comportements et de la façon dont on s’en sert et dont on les présente à l’employeur ».

On peut développer cette notion en parlant d’employabilité durable.

 

Pourquoi parle-t-on autant de l’employabilité au travail ?

 

Nous vivons un bouleversement du marché du travail.

Nous vivons une accélération des transformations de l’économie.

Prenons l’exemple des hôtes de caisse. Ce métier est en voie de disparition. Le 4 mars 2021, Amazon ouvrait un nouveau supermarché sans caisse à Londres.

La question, c’est comment assurer le maintien dans l’emploi des caissiers ? Comment éviter qu’ils se retrouvent demandeurs d’emploi ? 

Lorsqu’un métier disparaît, ce n’est plus un problème individuel. Les employeurs doivent se préoccuper de la gestion des ressources humaines.

D’autant que d’autres métiers vont apparaître pour lesquels personne n’a été formé.

Les entreprises doivent accompagner leurs salariés dans des transitions professionnelles. 

Isabelle Rouhan, auteur du livre « Les métiers du futur » affirme :

« Eurostat, qui est l’organisme de statistiques au niveau européen, démontre que d’ici 2025, ce sont 15 millions d’emplois liés au digital qui seront créés et 6 millions détruits en parallèle. On constate donc que la balance est positive et qu’on crée davantage d’emplois qu’on en détruit. Le sujet, c’est que ce ne sont pas les mêmes ».

Nous allons vers un marché de l’emploi où les actifs auront de plus en plus tendance à changer de métier. L’heure est plus que jamais à la mobilité professionnelle. 

Jusqu’ici, la formation n’était qu’une phase du parcours professionnel. On apprenait un métier lors de son cursus scolaire, puis on l’exerçait. 

Désormais, il va falloir se former toute sa vie. Chaque personne aura probablement plusieurs vies professionnelles.

On assiste par exemple à une obsolescence accrue des compétences techniques. D’après l’OCDE, elles avaient une durée de vie de 20 ans dans les années 60. Aujourd’hui, elles ont une durée de vie de 12 à 18 mois !

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’un savoir-être ne se périme pas. Il fait partie des compétences transférables dans une reconversion. 

Il est donc crucial de développer la flexibilité chez ses collaborateurs.

 

Comment augmenter son employabilité

 

Il faut comprendre que le travail tel que les précédentes générations l’ont connu (faire carrière dans une entreprise) n’est plus le modèle dominant.

Comment développer l’employabilité de ses équipes et assurer sa compétitivité future ?

Premier conseil donné par Isabelle Rouhan : cultivez la curiosité chez vos collaborateurs. Aidez-les à s’ouvrir à d’autres métiers. Développez les échanges au sein des différents services.

Deuxième conseil : l’autre aptitude à acquérir, c’est apprendre à apprendre.

Concrètement, voici les différents moyens dont les collaborateurs disposent pour le développement de leur employabilité :

  • la formation professionnelle,
  • les opportunités de carrière et de mobilité (interne ou externe),
  • le bilan de compétences,
  • etc.

Encouragez vos équipes à acquérir de nouvelles compétences. Encouragez la mobilité pour pouvoir attirer et retenir les talents.

 


Source : Monster

 

Employabilité et compétences — l’enjeu du 21e siècle

 

Le challenge est de préparer en douceur ces évolutions et faire en sorte que l’entreprise ait les ressources pour pourvoir les postes dont elle aura besoin dans un futur proche.  

Les entreprises qui sauront préparer leurs équipes à ces mutations pour que les équipes se sentent en confiance et accompagnées auront clairement un avantage sur les autres.

Il y a donc deux côtés, deux faces d’une même problématique :

  • rassurer les collaborateurs face à ses évolutions ;
  • capitaliser sur les ressources de l’entreprise.

In fine, l’entreprise a beaucoup à gagner sur sa compétitivité. Mais pas seulement.

 

Employabilité — un atout pour la marque employeur

 

Avec le développement des réseaux sociaux, les bad buzz n’épargnent pas les entreprises qui recourent à des plans sociaux. 

Il faut compter désormais avec l’e-réputation de la marque. 

Pourtant, il est aujourd’hui possible d’accompagner ses collaborateurs lors d’un plan social de manière qualitative et humaine. L’employeur peut s’assurer d’offrir un reclassement durable et éviter à ses salariés de devenir chômeurs en développant leur employabilité. 

Un outil simple pour permettre un retour à l’emploi rapide des salariés, c’est VisioMétiers. Il s’agit d’un outil qui facilite la découverte des métiers et ainsi la reconversion professionnelle. Le principe est simple : permettre aux personnes intéressées par un métier d’échanger en visioconférence ou par téléphone avec un professionnel de ce métier. VisioMétiers leur offre également un accès à plus de 500 000 offres d’emplois qui leur permettent de connaitre de l’employabilité de ce métier dans leur zone géographique.

L’autre frein au plan social, ce sont les dispositifs de GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et le Plan de Développement des Compétences.

Enfin, dans un contexte de guerre des talents, la marque employeur a gagné en importance. Elle a même de plus en plus d’impact sur la marque entreprise.

Le contexte de crise sanitaire a amplifié l’essor du marketing solidaire, prolongement de la RSE. Clairement, le licenciement brutal de 406 employés via Zoom au tout début de la pandémie a considérablement terni l’image de l’entreprise de location de trottinettes électriques Bird.

Les consommateurs veulent des entreprises solidaires. Il y a un risque réel de subir un boycott qui peut devenir viral avec les réseaux sociaux.

Il est important d’avoir une réflexion de fond sur le sujet et de faire de la pédagogie.

Et ensuite de se doter d’outils efficaces pour garantir l’employabilité des collaborateurs.

Ce sont ces nouveaux enjeux qui ont inspiré la création d’une plateforme pour encourager la mobilité interne : MOB’IN. Elle simplifie l’organisation des « vis ma vis » par les équipes RH.

 


Source : Monster

 

C’est une nouvelle manière d’accompagner l’évolution professionnelle, de piloter les actions de formation, mais aussi d’organiser des échanges au sein des différents services de l’entreprise.

 

Conclusion

 

L’employabilité fait partie des problématiques de mobilité au sein de son entreprise. Il faut amener les collaborateurs à comprendre tout l’intérêt qu’ils ont de co-construire leur parcours professionnel.

Nous avons rédigé un guide qui détaille les 6 pièges à éviter quand on souhaite mettre en mouvement ses collaborateurs. On y parle notamment d’employabilité.

L’objectif de ce guide : vous aider à optimiser la gestion de vos équipes et améliorer les performances de votre entreprise.

 

Guide : les pièges à éviter pour booster la mobilité interne

D’autres articles intéressants

Témoignage : « Pour faire ce métier, il faut de bonnes jambes ! »

Témoignage : « Pour faire ce métier, il faut de bonnes jambes ! »

Aujourd’hui, nous partageons avec vous le témoignage de Sophie qui a testé le métier de ...
Bien-être au travail : « les employés d’abord, les clients ensuite »

Bien-être au travail : « les employés d’abord, les clients ensuite »

Bien-être au travail : "les employés d'abord, les clients ensuite"   Manager une équipe ...
Se réinventer à 50 ans grâce à un nouveau job

Se réinventer à 50 ans grâce à un nouveau job

Se réinventer à 50 ans grâce à un nouveau métier Il n'y a pas si longtemps, on s'adressait aux ...