Reconversion professionnelle : le parcours d’Olivier

19 mars 2019
8 min

PARTAGER

Recevez toutes nos actus dans votre boîte mail !

Reconversion professionnelle :
le parcours d’Olivier

Vous souhaitez également témoigner ? Contactez-nous !

 

Enfant, à quel métier rêviez-vous ?

Enfant, je souhaitais être pilote de chasse, sûrement un avant goût de la liberté. Ce rêve n’est jamais très loin. A défaut de piloter des aéronefs, j’en saute.

 

Qu’avez-vous fait comme études ?

Après mon BAC B (pour les anciens, il s’agit du BAC économie et général), j’ai suivi une Prépa HEC pour faire ce qu’il était bon de faire à l’époque…une école de commerce.

J’ai intégré l’Institut Supérieur du Commerce à Paris avec une spécialisation RH après un an de prépa.

Spécialisation RH…peut être les prémices de ma vocation?

 

Quels métiers avez-vous exercé ?

Après mon stage à IBM Europe, j’ai intégré IBM France à Paris en tant qu’ingénieur commercial, puis, à défaut de changer de métier, j’ai changé de région. Direction Bordeaux.

6 ans à IBM et me voilà changer aussi de métier. J’intègre les équipes du leader mondial des Arts graphiques, à savoir, Heidelberg. J’ai à nouveau exercé le métier de responsable de compte, cette fois-ci pour le sud ouest de la France, en somme, commercial auprès des imprimeries pour promouvoir les presses offsets et les offres connexes en collaboration avec les équipes techniques et commerciales. 4 ans s’est passé et j’ai démissionné pour étoffer les équipes d’un fabricant suisse de presse offset et flexo. A chaque fois, des entreprises prestigieuses sur leur marché. Au total 17 ans de métier de commercial. J’ai adoré mes clients. 

 

Quel est votre métier aujourd’hui ?

Aujourd’hui, sous le statut d’auto entrepreneur, je suis coach, expert en usages numériques. J’accompagne mes clients à équilibrer leurs usages numériques et mieux vivre avec leur outils. Je suis aussi coach en développement personnel pour guider les personnes à donner du sens à leur vie.

 

Qu’aimez-vous le plus dans votre travail actuel – en trois mots ?

  • Liberté
  • Sens
  • Don

Et qu’aimez-vous le moins – en trois mots ?

  • Isolement
  • Incertitude
  • Risque financier

 

Comment avez-vous compris qu’il était temps pour vous de changer de voie (déclic soudain, prise de conscience progressive…) ?

Une nuit, à 5h du matin, je me réveille et fonds sur mon portable sans raison, comme attiré par un aimant. Mal réveillé, je bloque mon portable et il finit par me demander mon code PUK !!  Je suis déstabilisé et je prends clairement conscience de ma dépendance. Ayant appris à observer mes émotions, je réalise pendant 10 secondes que celles-ci sont de l’ordre de la panique et du vide.

Après quelques jours, je découvre en moi comme une révélation, un alignement se fait. Ma mission de vie est entre mes mains.

Depuis ce jour, je consacre chaque seconde de ma vie à cette mission qui simplement donne du sens à ma vie. Ce projet a tellement de valeur à mes yeux et pour la société qu’il n’a pas de prix. Il me dépasse.

 

Quels ont été vos premiers pas pour entamer votre reconversion ?

  1. Départ 10 jours plus tard pour le Portugal où une coach m’accompagne pour développer mon projet
  2. Je fais le point sur ma vie affective, à ce moment, déséquilibrée avec mon « nouveau » moi.
  3. Création de mon site internet en 1 semaine une fois arrivé au Portugal
  4. Je me forme, m’informe, lis, m’ouvre à ce nouveau monde.
  5. Je prends des risques de me lancer dans un monde inconnu

 

Quelles difficultés rencontrez-vous pendant ce parcours ? Et quels ont été vos appuis/soutiens ?

Les difficultés et les écueils sont nombreux. Ceux qui m’ont fait face viennent de l’intérieur : la peur du changement, le syndrôme de l’imposteur, en quoi suis je légitime ? qui suis je pour vouloir changer le monde ? la peur de l’instabilité financière, du regard des autres (interprétation de leur regard sur moi).

Etant donné qu’à ce moment, je me suis aligné en trouvant le sens que je donne à ma vie, toutes les personnes qui m’entourent sont naturellement bienveillantes. Les autres, je les laisse passer leur chemin sans jugement. Mon frère, ma soeur et mes parents sans bien comprendre m’ont soutenu timidement voire quelques fois activement. Reste malgré tout cette incompréhension liée au changement, à mon nouveau moi et à la prise de risque.

J’écoute ma petite voix intérieure qui me guide et les soutiens sont là tout près de moi, inconditionnels. A défaut de briller, on s’illumine et s’enrichit mutuellement.

 

Avez-vous été sur le terrain pour expérimenter le métier ? Si non, auriez-vous aimé le faire ?

Depuis maintenant 2 ans, je suis sur le terrain et je développe ma visibilité et mon message.

Le chemin est long mais jamais je n’ai reculé ou hésité malgré certaines semaines de doute sur la profitabilité du projet. Ma démarche est humaniste.

Après un an, au printemps 2018, je suis intervenu auprès d’un collège des Apprentis d’Auteuil qui renouvelle cette année encore sa confiance. J’ai coaché des ados et des parents, j’ai réalisé des ateliers et tables rondes, je fais des conférences en lien avec le bien être au travail. Récemment, après 2 ans sur cette thématique et 6 mois à Paris, j’ai eu l’opportunité d’intervenir au Sénat dans le cadre d’un débat sur la bien être en Entreprise. Je suis soutenu et mon message est relayé.

 

Comment votre entourage a réagi à cette prise de décision ?

Mon entourage (amis) a été positif et d’un soutien sans faille car je savais qui devait m’entourer dans ces moments de vie. Je parlais de mon projet aux personnes susceptibles de me soutenir et surtout j’ai cette capacité à solliciter et entendre les conseils, les trier et décider. Très vite, amis et famille sans toujours comprendre ont découvert que je portais ce projet de l’interieur.

Je n’ai aucun souvenir de message cherchant à me dissuader de porter mon projet. C’était vain quoiqu’il en soit.

 

Combien de temps cela vous a pris de changer de voie ?

Mon licenciement a été le déclencheur au printemps 2016. Il m’a fallu un an d’introspection, de mal être intérieur, de solitude. Une sorte de blues, un an à flotter sans savoir où aller sans donner de sens. Le questionnement intérieur est puissant et demande beaucoup de courage et d’engagement. Sans savoir en apparence “pourquoi”, je me suis formé pendant 18 mois à la PNL et suis aujourd’hui praticien, j’ai rencontré une coach à Bordeaux. Il m’a fallu 2 mois pour la contacter. Et grâce à elle et à ma volonté de changement, tout a basculé progressivement.

Notre mission est là sous nos yeux. Elle prend la forme d’un métier et derrière il y a le sens que nous lui donnons. Nous incarnons ce que nous portons.

Combien de temps pour changer de voie ? Avril 2017 à Aujourd’hui, c’est à dire 2 ans d’investissement personnel à 100% et un an d’introspection sur qui je suis et comment être meilleur.

 

Avez-vous des conseils pour ceux qui ont envie de changer de métier ?

S’agissant d’un sens profond. Je considère qu’il faut commencer par être aligné avec soi. Le travail préliminaire vient de l’intérieur. Rencontrer un coach à pour moi été le révélateur de ma richesse intérieure. J’ai fait la paix avec moi même et je me suis rencontré. C’est à partir de là que vous serez à l’écoute de votre mission de vie et que les “choses” se présenteront à vous naturellement. Laissez venir et ayez de la gratitude envers ce que vous avez déjà.

 

Et avez-vous des conseils pour ceux qui aimeraient exercer votre métier ?

Avec provocation et humour, je dirai que ce métier n’est fait que pour moi dans les conditions dans lesquelles je le réalise. Vous devez créer les conditions de votre métier que ce soit salarié, membre d’une association ou indépendant. Quand vous serez aligné tout sera évident. Et c’est cette évidence qui vous donnera la force de tout affronter et d’être unique et singulier.

 

Un dernier mot ?

  • Les peurs que vous allez vous créer n’existent pas. Elles sont le reflet de la pression sociale et de nos croyances. Elles sont indispensables et profondément naturelles pour nous faire avancer. J’ai peur de ne pas gagner ma vie et pourtant je ne manquerai pas d’argent pour autant.
  • Sachez que rien n’est permanent, tout est provisoire. Mon métier évolue, ma mission va évoluer, mes outils vont évoluer. Soyez flexible et adaptable à votre environnement. Ainsi, écoutez les conseils des personnes qui vous aiment et vous veulent du bien. Et surtout écoutez votre propre voix.
  • Restez vous même, authentique et singulier. Soyez unique

[sharify]

D’autres articles intéressants

L’entretien de mobilité interne : dans la peau d’un RRH

L’entretien de mobilité interne : dans la peau d’un RRH

L’entretien de mobilité interne à la sauce RRH Un projet de mobilité interne vous trotte ...
Se réinventer à 50 ans grâce à un nouveau job

Se réinventer à 50 ans grâce à un nouveau job

Se réinventer à 50 ans grâce à un nouveau métier Il n'y a pas si longtemps, on s'adressait aux ...
Changer de métier, elle l’a fait !

Changer de métier, elle l’a fait !

« On se lève pâtisserie, on mange pâtisserie, on dort pâtisserie, on pense à ça tout le ...